Braskä

Braska


« Ce monde n’a rien à m’apporter. J’attendrai que les siècles passent avant d’y revenir. » –Braskä se préparant à hiberner.

Braskä est la divinité des glaces siégeant dans les terres gelées de Krÿst. Austère et froide, elle fut l’objet d’un culte pour les solitaires vivant dans les parties reculées du monde. Muette et cachée par un masque gelé, sa violence transparaît par le port de son épée cristallisée. Bien que source d’interrogation, Braskä cache une part de grande vérité en elle. En effet, la déesse des glaces n’est autre que le côté sombre de la déesse Néthys. Ambivalente et mystérieuse, Néthys a été la divinité la plus difficile à créer pour Palazür et Psyölingas. Dernière création des deux dieux primordiaux, sa complexité fut pour elle source de pouvoir mais aussi de douleur. Amoureuse de Dempêst, elle ne cessa de rejeter les avances de Zambâr, pour des raisons bien plus obscures que ce qu’elle ne laissait entendre. Tiraillée par l’ignorance du dieu aérien, son côté sombre lui ordonnait de se lier au dieu du feu. Véhémente par ses ordres dirigés contre la volonté de Néthys, la part sombre a failli plus d’une fois la faire basculer dans une direction bien différente. Alors qu’un côté la suppliait de rester droite et calme, l’autre lui ordonnait de laisser libre cours à ses désirs et ses pulsions. Avec le temps le côté clair prit le dessus, non sans l’aide de Psyölingas, sous le regard déçu de Palazür. Après le conflit des dieux, Néthys renia son côté sombre qu’elle tenait pour responsable de son aveuglement face aux pouvoirs de Palazür. Se jugeant corrompue, elle se sépara en deux et partit pour Cranä.

Tombée en disgrâce, Braskä s’annonça au silmérians une seule fois par ce nom, et les avertit des épreuves qui les attendaient s’ils décidaient de lui porter allégeance. La vie devait pour elle être méritée et dure à gagner. Seule et délaissée, elle vit en Azalem un adversaire de taille pour déchaîner ses pulsions. Avec les années, sa solitude devint une source d’ennui profonde. Elle décida alors de s’endormir dans une tour de glace cachée et de laisser le temps passer pour des lendemains meilleurs. Alors que les silmérians partirent en recherche de leur déesse, ils s’aperçurent que celle-ci avait disparu de sa tour de gel. La déesse, sans le savoir, fut subtilisée à son cercueil de glace dans son sommeil par Azalem lui-même, afin d’avoir une emprise sur elle. Le destin de Krÿst semble compromis sans sa gardienne farouche, à moins qu’un réveil ne lui rende compte du danger.