Ëra

Era


« Suis-je toujours moi-même ? Ai-je encore un but dans ce monde qui a apporté tant de colère ? » –Ëra se questionnant sur son rôle.

Il fut un temps où cette nymphe divine portait un tout autre nom et tenait un tout autre rôle. Ëra est la réincarnation de la déesse Lufénia sur Cranä. Ancienne divinité ayant créé les galadrims et façonné Valyä, celle-ci lors de sa disparition dans le cosmos, du fait d’avoir offert sa propre vie pour sauver celle de sa fille Lücian, s’est vue réincarnée sur Cranä. N’ayant sans doute pas terminé son rôle en ce monde, Lufénia se serait retrouvée au sein même de ce qu’elle avait créé pour continuer ce qu’elle avait entamé. Arrivée sur Cranä, la déesse vit cependant bon nombre de ses souvenirs effacés. Sa vie antérieure lui paraissait floue et inaccessible, tant et si bien qu’au fur et à mesure des années, elle en oublia l’intégralité. Peut-être était-ce le prix à payer pour prendre un nouveau départ en ce monde. Matérialisée en silmériane hybride aux pouvoirs mystiques, l’ancienne déesse se donna alors le nom d’Ëra, signifiant « gardienne » en vieux silmérian. D’une beauté à couper le souffle, « la nymphe divine » comme elle fut appelée, se fit très rare aux yeux du peuple de Spira.

Réincarnée au milieu d’une forêt dense et respirant la diversité, elle aurait décidé d’y séjourner, le temps de comprendre son rôle. La raison de la matérialisation d’Ëra sur Spira, bien que celle-ci l’ignorant, était pourtant sensée. Croyant mourir après avoir sauvé son fils, celle-ci aurait versé une larme, fait rarissime chez les dieux. Cette larme se serait déposée sur Spira au sein d’une forêt. Liée à cette larme, Lufénia se serait donc réincarnée à cet emplacement. La larme de la déesse, véritable concentré de pureté et de magie, donna naissance à un arbre titanesque, surplombant la contrée. Cet arbre canalisant la magie fut considéré comme le centre mystique de Spira, voire de Cranä tout entière. Figure bienveillante de Spira, les silmérians de la région la considérèrent par la suite comme la gardienne de tout ce qui vivait sur la contrée. Ne sachant pas son but depuis son apparition, la nymphe divine se mit en tête de préserver la magie de Cranä pendant des siècles. La vérité concernant Ëra, celle-ci l’ignorant encore une fois, fut comprise par les sages dès son apparition. A l’arrivée de la déesse, Cranä bien que présente depuis déjà des siècles, était dépourvue de magie. Lufénia fut donc celle qui apporta la magie en se réincarnant. La créatrice de cette contrée somptueuse amena la magie aux silmérians, qui furent les seuls maîtres de son usage. Assistant à tout ce déluge de haine et de guerres, Ëra, perdue et désemparée, ne sut que faire pour redresser la balance.

Les silmérians usaient du pouvoir que la déesse avait apporté, sans toutefois en comprendre l’essence. Ëra ne sut jamais qu’elle avait créé la magie, et les sages pensèrent qu’il en était mieux ainsi. Son arrivée sur Cranä eut pour effet l’apparition de la magie mais aussi celle du calendrier silmérian. Événement historique et révolutionnaire pour les silmérians, l’apparition de la magie marqua le début d’un âge, qui fut appelé « premeüs âro cranä », autrement dit premier âge de Cranä en vieux silmérian. L’an 0 pâc fut donc par conséquent la date de naissance de la nymphe et la date à laquelle apparut la magie, qui devint par la suite source de conflits et essence même du renouveau de Cranä et de son équilibre. Ëra cherchant son but et méditant sur le monde, pourra peut-être un jour se souvenir à quel point elle fut importante pour Cranä et à quel point elle le sera d’avantage pour l’avenir de la contrée.