Régions de Terra

Pülsar ~ Le sanctuaire de cristal


pulsar

Terre sacrée étincelante, Pülsar est l’endroit le plus fascinant de Terra. Berceau des cristaux élémentaires, le sanctuaire s’avère être bien plus vaste que son nom le laisse penser. Composé de grottes, de gouffres, d’étendues cristallisées et de jardins scintillants, il s’apparente à un océan de minéraux colorés. Vénéré par la plupart des silmérians, il est le point de convergence de la rivière cosmique, une source d’énergie magique effarante présente sous Cranä. Souvent comparé à un royaume fantôme – à l’instar de Nebüla -, Pülsar a su se démarquer par son atmosphère mystique et incomparable, recelant son lot de mystères et d’aventures.

> Crystär – Le jardin aux miroirs

Accessible loin à l’Est d’Öpalis, Crystär est la seule région visible de Pülsar. Surréaliste, le sanctuaire est entouré de murs cristallisés ancrés dans le sol et indestructibles. La contrée s’apparente à une galerie de cristaux somptueux et aux reflets parfaits. Une atmosphère étrange émane de cette région coupée du monde. Alors que les cristaux immaculés vibrent et se hissent de plus en plus haut dans le ciel, des voix étranges se font entendre, et des fantômes apparaissent. L’esprit finit par trahir son hôte, et des illusions se forment. Chacun voit son double le traquer et tenter de le tuer. Crystär s’impose alors comme l’enfer de chacun ; comme le reflet de ce que notre coeur a de plus sombre. La seule manière d’échapper à cette hostilité invincible est d’atteindre la tour de cristal d’Ëvangar, siège d’un ancien royaume abandonné, investi et reconstruit partiellement par le clan des « Nöctocor » dits les « maudits ». Mystérieux et sombres, ces silmérians seraient les seuls capables de guider les voyageurs dans cet océan aussi incompréhensible que sublime. Une fois passé le jardin aux miroirs, la cité maudite de Tülsadoo ouvre ses portes. Gracieuse et antique, elle entoure la tour de cristal, où les membres du clan maudit gardent leurs secrets enfouis. Très moderne et en même temps ancienne, son agencement est basé sur le mouvement des cristaux, que les membres maîtrisent à la perfection. Sécurisé, l’endroit est paisible et dispose d’un charme atypique, avec ses arbres cristallisés et ses rivières lumineuses.

> La chambre de convergence

Appelé la chambre de convergence, les sous-sols de Crystär sont un vaste territoire oublié et interdit. Lieu d’un grand pouvoir, c’est ici que les cristaux élémentaires auraient vu le jour, créés par le tyran Nacrylüs. Très labyrinthique, la chambre est en partie immergée sous une eau pure et séculaire. Les traces de l’ancienne civilisation troll sont visibles, avec des piliers mousseux et des statues. Les cristaux sont moins présents ici, mais leur richesse et pouvoirs est des plus importantes. En effet, en plus d’être l’endroit où la rivière cosmique jaillit le plus, la chambre serait le dernier lieu de conservation des cristaux de la création, officiellement tous détruits. L’autel de convergence caché quelque part dans ce labyrinthe, serait soutenu par la plus grande concentration de cristaux divins. Un étrange phénomène survient dans ce territoire mystérieux. Une poussière cristalline s’échappe de certaines cavités et gravite dans l’air. Selon le clan de la cité d’Ëvangar, cela est le fruit de l’éradication de certains cristaux de la création par la rivière cosmique. Réduits en cendres, leurs restes flottent dans l’air continuellement, amenant un terrible pouvoir à agir sur les voyageurs : l’accélération du temps. Tant que les silmérians seront dans la chambre, les minutes équivaudront à des jours pour ceux de l’intérieur. Alors que le temps passe dehors, certains silmérians étant ressortis des jours après virent leurs proches stupéfaits de les voir changés physiquement. Celui voulant entrer dans la chambre devrait savoir ce qu’il veut y faire, une grande envie de découverte nécessitant un grand sacrifice.

Zorgräl ~ Les terres scintillantes


zorgral

Zorgräl est probablement le royaume le plus étendu et resplendissant de Terra. D’une stature égalant la grandeur des dieux, les montagnes et vallées imposent un gigantisme et une profondeur jamais vus. Éclairées par des jours radieux et des nuits étoilées, les roches regorgeant les pierres les plus précieuses de la contrée, reflètent leurs couleurs inégalées et infinies. Fascinant mais aussi hostile, ce territoire est parcouru par un des plus puissants et anciens clans de silmérians.

> Anshakä – Le grand horizon

Les terres d’Anshakä sont très étendues. Le grand horizon n’est pas un sobriquet donné par hasard : chaque voyageur peut voir de ses propres yeux l’horizon se dessiner devant lui, titanesque, rocailleux et scintillant, comme une terre sacrée et antique. La hauteur des montagnes bordant le territoire laisse pantois. De couleur dorée, la terre scintille de mille feux et donne aux plus imaginatifs des envies de richesses. Ce phénomène étrange s’est expliqué par la richesse des sols en minéraux et la grande sécheresse dû à un soleil de plomb, qui jadis chassa tous les silmérians de la région. La pierre d’Anshakä se fit un nom, et on appela ses cristaux les plus purs de l’Ambre. Aujourd’hui vivables, les terres ne sont pas plus habitées. Des vestiges de civilisations sont restés sur Anshakä, comme des tours de guets, ou des citadelles de pierres. La région est cependant occupée par le plus ancien clan de silmérians de Cranä, et sûrement le plus puissant : les « Zörgiens » ou « Peau d’onyx ». Ayant investi cette terre depuis les premiers jours du premier âge, ils construisirent leur cité aux cent piliers et statues, Där Abzül, dans la vallée d’Anshakä, à l’abri et en communion avec leur environnement. Détenteur d’un savoir caché, ils seraient les gardiens de Zörgral, capables de chevaucher les lions Desmyr, chose qu’aucun autre silmérian n’a réussi à faire, pas même les meilleurs chasseurs. Avec sa grandeur renversante, Anshakä est une terre de découverte et de repli sur soi. On la considère comme une des plus anciennes région de Cranä, du fait de sa faune gigantesque qui semble avoir évolué pendant des siècles, à l’instar des créatures marines.

> Viféclat – L’iris du monde

Les terres reculées de Zörgral offrent un spectacle unique en son genre. La région de Viféclat est une fusion de roches introuvables ailleurs que sur Terra. Baignées par l’énergie coulant sous la terre et par l’éclat des plus pures pierres précieuses que sont le diamant, le rubis, l’émeraude, le saphir et l’alexandrite, les roches ont avec le temps changé de teint pour arborer une brillance variant du blanc au bleu, en passant par le vert, le rouge et violet. Même si la roche domine, la flore a su se développer, et arbore des couleurs semblables aux roches. Cette terre de toute beauté est privilégiée par le rarissime lion scintillant de Terra. Parcourant les plaines colorées, chaque Desmyr a sa personnalité, sa couleur de fourrure, et surtout une pierre précieuse incrustée sur son front. Riche et encore inexplorée, Viféclat est remplie de dangers, mais la récompense pour avoir risqué de s’y aventurer pourrait valoir le détour. C’est en cet unique endroit que l’on trouverait les plus pures pierres précieuses. Disséminées et vendues au compte goutte à travers le monde, elles posséderaient des vertus exceptionnelles, comme le pouvoir de canaliser les éléments. S’en procurer ne serait-ce qu’une seule relève de l’exploit ou de la chance, car les deux seuls moyens connus consistent à tuer un Desmyr et à arracher sa pierre, ou à creuser pendant des jours. À l’instar d’Anshakä avec les Zörgiens, Viféclat est habité par un clan de silmérians : les « Draknä » dits les « étincelants ». Très mystique, le clan entretient des rapports amicaux avec son voisin, et s’avère être le fervent gardien du pouvoir des pierres précieuses et également le seul peuple à pouvoir révéler leur vrai pouvoir.

Lavös ~ Les volcans flamboyants


lavos

Malgré l’atmosphère pesante qu’elle dégage, la contrée des cendres attire plus qu’elle ne repousse, et ce depuis des siècles. Lieu d’une fureur sans nom et d’un déchaînement de ce que la nature peut offrir de plus spectaculaire, Lavös ne montre que ce qu’elle est ; une terre pure et hypnotisante. Coulant en abondance et bouillonnant de chaleur, le magma en fusion n’a eu de cesse au fil des siècles de faire briller sa lumière dans la nuit.

> Babylön – La terre cendrée

Les voyageurs voulant se diriger plus au Nord par le côté Est de Terra n’ont d’autre choix que de passer en premier lieu par Babylön, l’introduction à Lavös. Ce territoire gris et tapissé de cendres est le miroir de ce qu’a pu causer les coulées de lave de la région. Situé en contrebas du territoire, Babylön subit les retombées de cendres produites par l’activité volcanique des hauteurs. Bien que très chaud, l’air ambiant est respirable, et le sol supportable pour celui étant bien équipé. Montant de plus en plus, les terres sont parsemées de piliers rocheux et de chemins cendrés. La lave se fait très rare ici, avec quelques filets s’engouffrant dans les crevasses. Tout comme l’entièreté du territoire, les nuages sont légion à Babylön et les éclairs fusent chaque jour dans le ciel. Dès que l’activité volcanique se fait ressentir aux confins de la région, une pluie de cendres se met à tomber nonchalamment sur le versant des terres. Un ancien clan de silmérians vit sur les terres de Babylön, les « Vörsul » dits les « pieds cendrés ». Très attachés à leurs terres, ils se sont habitués à vivre avec la chaleur. La faune et flore est présente à Babylön contrairement à ce que l’on pourrait penser, avec des espèces adaptées à cet environnement cendré et chaud. Plusieurs habitations faites en pierre peuvent être visibles à Babylön, mais personne n’a jamais découvert la cité des Vörsul.

> Eau-de-lave – Les lagons rouges

Plus profondément dans les terres, mais aussi plus en hauteur, se situe la région d’Eau-de-lave. Directement connecté aux volcans, le territoire est composé à moitié de lave. Les lagons, de taille diverses, éclairent la nuit de leur couleur rouge, jaune et orangée.  Même avec une telle chaleur, il est possible de progresser, en faisant toutefois attention où l’on marche. De nombreux geysers font jaillir leurs vapeurs empoisonnées et bouillantes sur les silmérians, qui meurent la minute d’après, soit de brûlures mortelles ou d’empoisonnement. Eau-de-lave est connue pour ne jamais cesser de remplir ses cavités de lave en provenance des volcans. Par temps de grosse activité volcanique, il n’est pas rare de voir surgir du ciel nuageux obscur d’imposantes boules de lave crachées par les montagnes ardentes. Moins présents, les Vörsul investissent malgré tout les lieux afin de chasser les espèces rares du coin. Très courageux, ils flottent avec leurs barques de Djinn sur les surfaces des lagons afin de pêcher le met le plus fameux de tout Lavös. Toutefois, le calme qui semble peser sur ces terres ne sont qu’un voile cachant un danger sournois et mortel. La légende locale raconterait qu’un mal indicible en provenance de la montagne donnerait naissance à des monstres hideux faits de lave attaquant les voyageurs voulant s’approcher du plus grand volcan.

> Genöva – Les monts ardents

Les hauteurs de Lavös sont une terre de désastre et de chaos. S’y infiltrer n’est pas chose facile tant le danger est présent. La plupart des volcans s’avèrent actifs, et le plus grand d’entre eux, Genöva, est le lieu où siégerait le titan exilé Genovüs. À l’image de son résident, le plus grand volcan déploie toute sa fureur les trois quarts de l’année, et laisse écouler plusieurs milliers de litres de lave par semaine. Même si traverser Genöva semble impossible, plusieurs cavités seraient creusées dans tous les volcans, permettant une exploration poussée et un grand raccourci vers le Nord.  L’intérieur du grand volcan réserve bien des secrets et dangers aux voyageurs, avec ses salles flamboyantes, ses parois brûlantes et ses chemins rocheux s’enfonçant dans l’obscur infini de la montagne.  Alors que l’on progresse dans l’intérieur du volcan, il est possible d’entendre des chaînes s’entrechoquer. Ce serait celles du titan, endormi et enchaîné par son maître afin de ne pas laisser libre cours à sa colère incontrôlable.

Ödynval ~ Les monts brumeux


odynval

Ödynval est un lieu d’introspection et de méditation. Dépouillées, pures et sans concessions, les montagnes « hantées » effrayent et fascinent. Longtemps laissée à l’abandon, la contrée s’est vue reléguée au rang de royaume immuable, hors du temps. Considérés comme le cimetière des âmes de Terra, les monts brumeux sont aussi le lieu où résiderait le plus puissant des titans, qui aurait rendu l’endroit tel qu’il est : façonné et immortel.

> La vallée des brumes

Bien que très impressionnante et relativement cachée par son paysage obscur, la vallée des brumes a une vie en son sein. Avec sa taille étendue, la vallée traverse tout Ödynval et se compose de forêts humides et brumeuses, ainsi que de sentiers rocheux et d’un lac laiteux appelé le « lac brouillard ». La hauteur conséquente des monts brumeux et son exposition aux températures fraîches ont permis l’apparition de cette brume coincée dans le creux de la vallée. Vivre dans la vallée des brumes n’est pas donné à tout le monde vu l’atmosphère particulière qui y règne, mais outre cela, rien n’a jamais empêché personne de s’y installer. Au fil des saisons, l’endroit peut s’éclaircir et laisser le ciel offrir sa couleur bleue et sa clarté. La faune a su s’adapter à la vallée et c’est avec une certaine facilité que les habitants peuvent jouir de viande, de poissons et même de légumes, grâce à une terre certes inhabituelle, mais riche. Au fil des siècles, une légende s’est créée sur l’impact de la brume sur les habitants et les créatures. Si certains constats scientifiques vérifiés ont admis l’amélioration de la santé des silmérians au niveau pulmonaire, d’autres histoires se concentrèrent sur le changement d’attitude des individus, et de la toxicité de la brume, capable de réduire en liquide le corps de n’importe quel organisme à chaque pleine lune.

> Titaniä – La terre des titans

Plus loin dans les terres d’Ödynval, se situe Titaniä, un territoire sacré et impressionnant que les habitants de la vallée brumeuse adulent. Avec ces montagnes grises imposantes et sa profondeur sur le paysage, Titaniä se montre grande. Mais la particularité du territoire réside dans ses statues, sculptées par Titanüs, le Titan de pierre. Immenses et intemporelles, elles seraient pourvues d’une conscience et capables de bouger si un danger survient. Commandées par leur maître, elles agissent sans aucune pensée extérieure. Certaines d’entre elles parcourent ces terres avec grâce et calme. Bien que leur but soit inconnu, elles ne font de mal qu’à ceux qui constituent une menace pour leur maître, ou ceux qui les importunent. Quand bien même leur simple présence demeure déjà en soi un exploit de création, les titans s’attèlent à façonner le territoire montagneux afin de créer semble t-il un royaume capable de les accueillir comme un peuple à part entière. Même si circuler parmi les titans n’est pas un danger fatal pour celui qui vient en paix, il est conseillé de privilégier les passages plus secrets et escarpés passant sous les montagnes.

> Gräver – La faille intemporelle

À l’instar du maître des lieux, Gräver est un territoire intemporel, hors du temps. Les différentes expéditions, se comptant sur les doigts d’une main, auraient toutes rapporté la même chose : Gräver ne serait pas soumis à la temporalité. En d’autres termes, entrer dans le royaume du plus puissant des titans reviendrait à accepter de voir le monde extérieur évoluer sans nous. La perte de repères est telle à Gräver, que l’impression d’être sur la lune vient à l’esprit. Avec le temps arrêté, chaque voyageur doit accepter de ne pas vivre normalement. Le monde de dehors avance à un rythme inconnu, et le corps ne subit plus la faim, ni aucune autre contrainte, pas même le vieillissement. Situé sur les hauteurs d’Ödynval, Gräver est un univers privé également d’apesanteur pour la roche, ce qui offre un panorama stratosphérique aux arrivants. Suspendues dans les airs, les roches et plateformes rappellent Lünasval, mais continuent de bouger au gré du temps immobile. Bien que séparé de la temporalité normale, Gräver possède une vie avec une faune et une flore commune, certes rare et éparpillée, mais présente. Sur la plus grande plateforme du territoire se trouve Titanüs le sculpteur. Calme et pragmatique, il aurait créé cet endroit de toute pièce grâce à ses pouvoirs. Un clan, oublié de tous et protégé par le titan vivrait en ces lieux. Ces silmérians aux cheveux blancs, appelés les « Fällendyl » dits les « oubliés », auraient décidé de vivre ici après avoir visité le royaume et s’être aperçus de son étrange rapport à la temporalité. Privés de vieillesse et de tout besoin, les Fällendyl ont rendu Gräver célèbres grâce à ceux étant revenus raconter ce qu’ils avaient vu. Il faut une grande force mentale pour ne pas devenir fou sur les terres de Gräver. Avec la curiosité croissante de certaines puissances coloniales, il se pourrait qu’un jour le titan de pierres se lève de son trône géant pour protéger son royaume éternel.

Jümgo ~ La jungle perdue


jumgo

Isolée du monde, Jümgo porte bien son nom. Très étendue et vivante, la seule jungle de Cranä a su s’imposer comme un modèle de diversité naturelle. Se suffisant à elle-même et n’ayant besoin d’aucune aide extérieure, c’est tout un écosystème qui a su s’y implanter et évoluer afin de donner vie à des créatures et plantes uniques au monde. Respirant l’exotisme et le dépaysement, Jümgo est bienvenue sur la contrée où la roche domine.

> La forêt luciole

La jungle perdue offre son lot de surprises et de beauté à ceux ayant réussi à la trouver. Le premier territoire de Jümgo est surnommé ainsi en raison de sa remarquable apparence une fois la nuit tombée. La flore, indubitablement unique au monde et foisonnante, révèle ses couleurs chatoyantes une fois le soleil couché, avec un sol vivant et coloré, reflétant la lumière parcourant la terre. La rivière cosmique serait particulièrement présente sous la jungle, donnant ainsi cet aspect lumineux aux végétaux. Imprégné par sa puissance, tout l’écosystème s’est adapté et a évolué en ce sens. Il est donc normal de croiser des créatures arborant la même particularité. Très dense, la végétation illumine la nuit et dévoile ses attraits comme les lianes éclairantes ou les fleurs tactiles, qui ne révèlent leur vraie apparence que si on les touche. Même si de curieuses créatures vivent ici, rares sont celles étant dangereuses hormis les prédateurs. Ici l’ambiance mystique prédomine sur le réel, et l’élément lumière semble être roi.

> Pandör – La vie oubliée

Plus ancienne que la forêt luciole, Pandör est la partie de Jümgo la plus reculée et hostile. S’enfonçant littéralement dans le sol au fur et à mesure de la progression, la jungle contient la plus grosse concentration d’animaux exotiques au monde, et notamment les fauves et singes. Contrairement à son homologue de mille feux, Pandör garde les pieds sur terre et n’est habitée que par des espèces connues de Cranä et qui n’ont aucun atout particulier, si ce n’est de vivre uniquement dans un endroit exotique. Le danger se veut bien plus oppressant en ces lieux, avec une faune plus obscure et fourbe, ainsi qu’une faune plus prédatrice. Du fait de l’ignorance des silmérians sur cet endroit, rien n’a jamais changé en ses lieux reculés, et ce depuis des siècles. Cela a permis aux espèces de perdurer voire d’évoluer. Le gigantisme de certaines créatures peut rendre désarçonné, comme les reptiles volants de la fosse de Pandör, située au centre de la région, accueillant le plus grand écosystème de créatures volantes au monde. C’est ici que vivrait une personne recherchée par les autorités de Cranä, accusée de vol multiple, de meurtre, et détentrice d’une technologie Trolydienne.

Yrönyl ~ Le territoire argenté


yronyl

Terre de richesses et de pouvoir, Irönyl est une plaque tournante de Terra. C’est avant tout un pays hautement mercantile et parcouru par les plus ambitieux ou les plus téméraires. Transpirant le minerai ferreux dans ses moindres recoins, la contrée établit un solide contrat il fut un temps avec les deux cités du sud. Aujourd’hui moins encline à vendre du fait de ses guerres intestines et de ses complots politiques, Irönyl semble avoir amorcé la chute de son empire, autrefois si faste.

> Dünassa ~ Les sables d’argent

Bordant la frontière avec Zörgral, Dünassa est une étendue gigantesque et désertique composée de sable et de monts rocheux entourant le territoire. Très commun au premier abord, le désert rend vite compte aux voyageurs de sa particularité unique. En effet, le sable de Dünassa est connu pour être imprégné de Djinn, le métal si précieux d’Yrönyl. De ce fait, le désert offre une vue somptueuse et étonnante sur l’horizon se traduisant par des couleurs scintillantes argentées. Même si la région n’est pas spécialement concentrée en Djinn pur, récupérable en sous-sol, le sable spécial véhicule assez de métal pour produire un phénomène incroyable qui a été remarqué par ses habitants. Malgré son appellation désertique, Dünassa possède des nappes phréatiques particulièrement généreuses en eau, et a le luxe de posséder des cours d’eau sur sa surface. Avec le temps, les rivières devinrent gorgées de ce minerai si précieux, que les habitants consommaient. Le clan du désert d’argent, appelé « Les immortels » ou les « Ysmiraï » (yeux gris), virent leur longévité s’accroître de manière exponentielle et surnaturelle. Très traditionalistes, les Ysmiraï revendiquèrent Yrönyl lors de la venue de l’Empire sur leurs terres, chose qu’ils ne supportèrent pas. En guerre depuis lors, l’Empire est désireux de découvrir le secret de la vigueur et de la jeunesse du clan des immortels. Caché aux yeux de tous, le clan erre tapi sous le désert, dans un royaume baigné de sable et de lumière, où les tombeaux éternels conservent les dépouilles de grands héros, jusqu’à leur potentielle résurrection.

> Tomberoche – La passe des opportuns

Situé au centre d’Yrönyl, Tomberoche est un territoire perdu et rocailleux au mains de brigands et de résistants. Bien que très dangereux à cause de ces monts escarpés et de ses chemins tentaculaires, il demeure une option fort envisageable pour les cargos désireux de gagner du temps afin d’atteindre le nord de la contrée. Divisés en deux factions, les brigands et les résistants vivent en ces lieux et ont appris à l’aimer. Alors que les uns dépouillent les passants sans distinction, les autres dirigés par le mystérieux Sÿndar mettent à mal uniquement l’empire et son commerce, en faisant notamment de la contrebande de Djinn. Morcelés en plusieurs endroits, Tomberoche est capable d’accueillir bon nombre de pèlerins avec ces cavités et ses souterrains. Très solide, la roche permet de supporter plusieurs tonnes et constitue ainsi un excellent toit à ses résidents. Scrutant l’horizon sur les toits rocailleux, les brigands et les résistants, s’ils ne se font pas la guerre, préparent leurs plans afin d’accueillir les nouveaux arrivants à l’aide de cordes, de roches roulantes et d’acrobaties.

> Hÿlandyl – Les terres venteuses

Situées sur la pointe nord-ouest d’Yrönyl, ces hautes terres sont une étendue de plaines herbeuses et de roches atypiques. Façonné par les intempéries très présentes, les montagnes d’antan ont été morcelées et brisées afin de devenir de véritable oeuvres d’art naturelles, affichant des formes surnaturelles. Avec la pluie et le vent, l’humidité est omniprésente au moins sept mois dans l’année et permet l’apparition de couches brumeuses éparses. La mélancolie est fortement présente à Hÿlandyl, la vie y étant souvent rude, dépourvue de confort et de journées radieuses. Malgré cette impression douloureuse qu’elle procure à l’âme, Hÿlandyl offre une nature dépouillée et belle pour ceux capables de l’apprécier à sa juste valeur. Bien plus élevées que le reste de la contrée, les terres accusent un manque d’oxygène symptomatique des hauteurs assez douloureux pour qui n’y est pas habitué. Le territoire est parcouru par des clans séculaires guerriers attachés à leurs terres venteuses, appelés les « Sovengär » dits les « élus ». Tout au nord se situe Pointefer, le cap d’Hÿlandyl. Dirigé par une des rares familles de nordiques natifs d’Eölendyl et accessoirement la plus ancienne après les Vangelis, les Sigürdval, le port des tumultes est chargé de livrer le Djinn en provenance de l’empire à destination de Métara et Vapöris en empruntant le canal de Löyzen. Malheureusement, le changement de pouvoir au sein de l’empire et la nouvelle politique plus exigeante envers Hÿlandyl a eu raison de la cohésion entre les clans des hautes terres. Tiraillé entre ceux voulant continuer de coopérer, et ceux voulant leur indépendance, Pointefer, sous pression de l’Empire et par impossibilité de riposter, accepta de continuer à livrer le minerai de fer, devenu pour eux un minerai aux allures écarlates. En guerre des clans depuis lors, Hÿlandyl tente tant bien que mal de consolider ses terres, devenues encore plus mélancoliques, divisées et désespérées.

> Djinassä – L’empire de métal

Comprenant tout le nord et nord-est d’Yrönyl, Djinassä est le territoire de l’Empire. Richissime, il est parcouru par des tonnes de Djinn, disponible autant en surface qu’en sous-sol. La contrée se veut surréaliste, avec ses montagnes et ses plaines scintillantes et lisses comme du verre. Le côté ouest de la contrée, limitrophe d’Hÿlandyl, est connu pour ses terres arables et ses bâtiments en Djinn pur. La région d’Argensol est le siège de l’Empire. Parcourue par des forêts aux couleurs de Djinn, le territoire montre que tout ici respire le minerai ferreux. Situé derrière un lac imbibé de Djinn liquide, la cité impériale surplombe le royaume. La plupart des armées et des moyens technologiques sont rassemblés en ces lieux afin de miner plus avant dans la région Est de Xömandys. Cette étendue, absolument déserte, accueille les mineurs afin de récupérer le Djinn en quantité astronomique. Autrefois divisées, Argensol et Xömandys se sont fusionnées sous le nom de Djinassä par accord entre la royauté d’Argensol et l’Empire. Très secret sur ses activités, l’Empire a multiplié les complots et les manoeuvres politiques afin de n’avoir aucun mal à obtenir ce qu’il désire, jusqu’à devenir autocrate. L’empereur de fer, Järoz, après avoir trahi et assassiné l’ancienne dynastie d’Argensol, serait aujourd’hui devenu l’ultime conquérant ayant découvert un secret sur le Djinn que les Ysmiraï eux-mêmes n’auraient pas trouvé.